Dans le paysage du plat pays se distinguent des monticules noirs étrangement symétriques: les terrils. Ces Collines artificielles construites par accumulation de résidu minier offrent au territoire un peu de relief. Vestiges de l’activité minière, ces « montagnes » continuent de rythmer la vie des habitants du bassin minier en se transformant en réserve naturelle, en terrain de sport ou encore en lieu d’expérimentation viticole.

Depuis l’arrêt de l’activité des mines, la végétation envahit la surface sombre de ces monts de schistes qui prennent alors un nouveau visage. La Montagne Noire en version Soliflore est une allégorie de cette métamorphose d’une friche industrielle vers un paysage bucolique aujourd’hui inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La partie visible de l’objet, le terril, fait office de cache pot et maintient la tige qui plonge dans un petit vase conique caché à l’intérieur. Visuellement, la nature prend racine dans le schiste et trône sur le terril.

25 x 25 (d x h)
Grès cuisson raku, Valérie Fortin, Marcq en Baroeul

 

 

design: Arthur Lenglin & Valérie Fortin

Inspiration, Terril n° 93, Harnes

“Matière sensuelle

La douceur de ton touché

Dans mes mains m’apaise

La glaise assoiffée

Apprécie les gouttes d’eau

Une jarre prend vie

Au creux de la braise

Une poterie s’ébat en paix

Fragile équilibre

Terre brute et sans forme

Domptée, malaxée, brulée

Tu renais si douce

Impatiente

Assise j’observe

lasse”

> voir les autres projets d’Arthur pour Aequo:

Galibot

Étagère murale

La Montagne Noire

Suspension

Fleur d'Orage

Étagère

contact@aequo-edition.com

Newsletter

Catalogue

CGV

Politique de confidentialité